LE BLUES DU DIMANCHE

AUTHENTICITÉ - HUMANITÉ - SENS - CONSCIENCE- PERFORMANCE DURABLE

LE BLUES DU DIMANCHE

LE BLUES DU DIMANCHE

J’ai pris l’habitude de déposer chaque soir, depuis le début 2016, une ou deux gratitudes dans mot pot de gratitude. Il n’y a pas de plus belle façon de terminer la journée en pensant à une belle chose même si ce dernier 24 heures a été rempli de défis. Car, oui, oui, même si c’est difficile parfois, nous choisissons la paire de lunettes que portons pour la voir, cette vie !

1909848_1089068444457726_6569862430930270143_n

J’avais le goût de vous partager ma gratitude de dimanche dernier.

« J’ai pris conscience que ça fait plusieurs années que je ne vis plus d’anxiété, de blues du dimanche. J’aime les lundis, mes lundis ! J’aime mes semaines ! Merci à moi pour les choix que j’ai faits ! »blues

Une étude mondiale a été faite et montre que 62% des gens ont ce qu’on appelle le blues du dimanche soir : la journée du dimanche avance et avec les heures se produit une monté de l’anxiété en pensant à la reprise de la semaine. Arrive ce moment où on feuillette nerveusement son agenda et organise mentalement son temps pour la semaine à venir. Ouf, déjà lundi. Pourquoi faut-il que les week-ends passent aussi vite ? Ça vous arrive ?

Ce blues du dimanche soir, c’est une émotion. Inutile de lutter contre une émotion, celle-ci faisant partie de votre tableau de bord, comme une petite lumière qui s’allume pour vous signaler que quelque chose ne va pas. C’est comme votre « check engine ». Vous pouvez l’ignorer à quelques reprises mais les chances sont, qu’éventuellement vous tomberez réellement en panne…

Je pourrais vous suggérer plusieurs choses pour « masquer » ce blues du dimanche: Oublier le lundi ! Et le dimanche soir, vous consacrer à des activités agréables et qui vous font du bien ou qui rechargent vos batteries mentales et physiques. Ou bien, mettre à votre agenda pour les lundis matins, des activités agréables qui vous font siffloter.

Mais je préfère vous dire d’aller voir ce qui est réellement présent et vivant pour vous. Si vous sentez cette coupure entre la semaine et le week-end et ressentez ce blues du dimanche, écoutez-le. Il demande attention. Que vous dit-il ?

Parle-t-il de relations pénibles au bureau, d’un horaire qui vous épuise, d’un sentiment d’être enfoui sous une tonne de boulot insurmontable, de la difficulté à prospecter des clients et assurer la rentabilité de votre entreprise, d’ennui, d’un manque de sens, d’un patron qui vous tyrannise, d’un manque de focus et un sentiment de vous sentir sans cesse tiraillé et éparpillé, du sentiment d’être inutile ?

Bref, vous tenez un bel indice entre vos mains. Bonne réflexion… Et bon week-end ! 🙂

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *