DONNER POUR L’AUTRE OU DONNER POUR SOI?

AUTHENTICITÉ - HUMANITÉ - SENS - CONSCIENCE- PERFORMANCE DURABLE

DONNER POUR L’AUTRE OU DONNER POUR SOI?

J’ai fait le tour des commentaires reçus des participants à mon dernier voyage de yoga et développement personnel. C’est si bon d’obtenir de la reconnaissance pour le travail que l’on fait. Un des commentaires qui m’a fait le plus plaisir est que dans les ateliers de groupe, les participants sentent que je respecte le rythme de chacun.

Je vais prendre un très long détour pour vous expliquer pourquoi, lorsque j’entends cela, d’un de mes coachés, ça me touche particulièrement.

En tant que professionnel dans un domaine qui touche la relation d’aide ou l’accompagnement, nous avons tous un désir commun : aider et donner.

Je crois sincèrement que l’humain est fondamentalement bon. Il est un être de bonté. Un de ses plus grands besoins est de contribuer. Je crois en altruisme pur. Exercer de la bonté est gratifiant et donne du sens à notre vie. Ça rend heureux car nous sommes en contact avec notre nature profonde.

Notre bonheur passe par celui des autres et par le fait de contribuer à leur bonheur. N’est-ce pas magnifique ? Constater cela cause de bien grands changements dans notre vie.

Même si je crois à l’altruisme pur, je crois aussi que nous sommes des êtres de besoins. Des recherches ont démontré qu’environ 15% de nos gestes d’altruisme sont vrais et purs ! Alors, qu’en est-il du 85% restant ?

Et bien, dans l’altruisme, il y a beaucoup d’égocentrisme. Mais il ne faut surtout pas confondre égoïsme et égocentrique.

L’égoïsme est le contraire de l’altruisme. L’égoïste porte un vif intérêt pour son moi. Cela entraîne comme conséquence un manque de considération et de générosité pour autrui. Il sert ses propres intérêts au détriment de ceux des autres et du monde et s’investit peu dans les relations.

L’égocentrique, au contraire, peut être très généreux de son temps, ses biens et sa personne ! Il a peu à voir avec l’égoïste mais peut être aussi profondément frustrant. L’égocentrique aime le regard des autres. Il pense être la cause de leur bonheur ou de leur malheur. Il est très différent de l’égoïste en ce sens qu’il se soucie énormément des autres puisqu’il s’estime à travers le regard de ceux-ci. L’égocentrique donne ! Mais à sa façon, même si on n’en a pas besoin. Il donne tellement qu’il a parfois l’impression qu’il ne reçoit jamais rien et peut même adopter une attitude de victime. On peut l’entendre dire à un moment donné de sa vie, que dorénavant, il pensera à lui car il a toujours pensé aux autres. Et de rester bouche bée devant cette affirmation en repensant à tous les moments où il ne nous a pas donné ce qui comptait vraiment : l’écoute, le support et l’amour. L’égocentrique écoute mais ne comprend pas vraiment.

J’en suis convaincue, ce que je suis en train de vous décrire vous ramène à plusieurs personnes autour de vous.

Je vous inviterais à ramener cette réflexion vers vous.

Sommes-nous tous égocentriques ? La réponse est oui!

  • A chaque fois que nous aidons car nous ne supportons pas la détresse d’autrui et donc pour nous soulager de nos propres émotions.
  • A chaque fois que nous aidons par crainte du jugement ou par culpabilité.
  • Quand nous donnons ou aidons pour combler notre besoin de reconnaissance.
  • Quand nous portons un jugement. Car le jugement part de nous et de ce que nous croyons.
  • A chaque fois que nous disons à quelqu’un : « Si j’étais toi, voici ce que je ferais ». ou « Moi à ta place, je…. ». Car cela parle de nous et non de l’autre.
  • A chaque fois que nous donnons à l’autre en lien avec les besoins que nous pensons qu’il a. Mais avons-nous vraiment pris le temps d’écouter ses besoins réels ?

Je suis égocentrique en tant que coach ou quand je fais de la relation d’aide à chaque fois que je fais passer mes besoins de performance ou de reconnaissance avant ceux du client…et que je ne suis pas son rythme. C’est SA démarche. Et non la mienne. Même si je le fais avec l’intention positive de l’aider, je dois être attentive à ses besoins.

Le vrai altruiste aidera son prochain même si tous ont tourné le regard et si personne n’est témoin. En fait, il serait tout aussi satisfait si quelqu’un d’autre avait porté le geste d’aide. Car pour lui, c’est le résultat qui compte et non la satisfaction personnelle qu’il retire de la situation.

Est-ce que ça se guérit l’égocentrisme ? La bonne nouvelle est que oui ! En étant conscient de ses propres besoins. Et en admettant que nous sommes les seuls responsables de remplir ces besoins…et non les autres.

 

Une belle lecture pour vous : Plaidoyer pour le bonheur. Particulièrement le chapitre sur l’altruisme et le bonheur…

Tags: , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *