QUESTION VIE INSPIRÉE: DÉNOUER DES CONVERSATIONS DIFFICILES (PARTIE 3)

HUMANITÉ - SENS - CONSCIENCE- PERFORMANCE DURABLE

QUESTION VIE INSPIRÉE: DÉNOUER DES CONVERSATIONS DIFFICILES (PARTIE 3)

QUESTION VIE INSPIRÉE: DÉNOUER DES CONVERSATIONS DIFFICILES (PARTIE 3)

Cette semaine est la quatrième édition de la question de la semaine. Merci d’envoyer vos questions « Pour une vie inspirée» en message privé sur ma page Facebook facebook.com/pascale.dufresne.coach ou à l’adresse courriel coaching.leadership.inspire@gmail.com. Je choisirai une question à chaque semaine à laquelle je répondrai le vendredi.

La question cette semaine :

Je reçois plusieurs questions qui ont trait à la façon dont on peut gérer et dénouer des conversations qualifiées de difficiles : Quelqu’un qui qui nous manque de respect, qui est condescendant, qui nous humilie devant les autres ou bien monsieur ou madame je sais-tout qui ne laisse de l’espace à personne pour s’exprimer.

Une question…inspirante pour moi car les communications et amener les gens à se relier fait partie de mes passions. J’ai donc créé pour vous une démarche en 10 étapes qui vous aidera, je l’espère, dans vos communications difficiles.

Cette semaine, les étapes 2 à 6.

7) DÉFINIR SON INTENTION

Définir son intention dans la communication et la partager. Avant d’avoir une discussion, réfléchissez à si vous êtes disposé ou pas à connecter avec l’autre. Votre intention est-elle de convaincre l’autre ? De lui faire admettre son tort ? Si oui, peut-être n’êtes-vous pas prêt à avoir ce dialogue authentique. Peut-être avez-vous besoin vous-même d’empathie afin de vous reconnecter avec ce qui vous a blessé afin de l’acceuillir et vous apaiser. L’intention principale devrait être de vouloir connecter avec l’autre.

Au début de la discussion, nommez cette intention à l’autre et faites-en un fil conducteur. Il est important qu’il sache que vous n’êtes pas là « contre lui » mais « avec lui » et voulez créer un espace de dialogue respectueux et ouvert.

8) PRENDRE SA RESPONSABILITÉ

Nous n’avons aucun pouvoir sur le comportement de l’autre alors toujours se poser la question : Quelle est MA responsabilité dans la situation. Qu’est-ce que je peux changer pour influencer la dynamique. La communication est systémique : un mouvement chez vous créé un mouvement chez l’autre.

9) SE RASSEMBLER AUTOUR D’UN BESOIN COMMUN

J’ai remarqué que nous avons souvent des conflits non pas sur les besoins à remplir mais sur la stratégie adoptée pour remplir ce besoin. Par exemple un collègue qui soupire sans cesse à cause de la tournure d’une réunion, semble désintéressé, pourrait avoir le besoin que l’équipe arrête de tourner en rond et se perdre dans les détails par souci de performance. Les chances sont que tous risquent d’avoir ce même besoin de travailler de façon performante. Reconnaître ce besoin commun et les autres besoins des membres de l’équipe comme le souci de la qualité ou du partage permet de s’orienter une stratégie gagnante pour tous.

Cela permet aussi permet d’aligner la discussion sur ce qui compte vraiment pour les deux interlocuteurs et de focuser non pas sur le désaccord mais sur une stratégie commune pour remplir ce besoin commun.

10) SE DONNER LE DROIT À L’ERREUR

Lorsqu’on fait le choix d’avoir une conversation difficile, parfois, ça fonctionne bien… et parfois pas ! Même avec la préparation et même avec l’expérience ! La beauté de la chose est qu’il est permis de reprendre cette discussion. Nommer à l’autre que malgré nos bonnes intentions, la conversation n’a pas tourné comme vous l’aviez espéré et que vous aimeriez fixer un moment pour reprendre le dialogue prend de l’humilité, mais à travers cette humilité vous trouverez peut-être le chemin vers la connexion nécessaire à la résolution de la situation.

Tags: , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *